Le journal de Montbrun-Bocage


LA MONNAIE : du pouvoir d’achat au pouvoir d’être by Patrick Chalmers

Projection/débat « 2e vendredi du mois »

Montbrun-Bocage

Vendredi  8 février 2013

LA MONNAIE :

du pouvoir d’achat au pouvoir d’être

 Picture 1

Une conférence illustrée de Philippe Derudder

Entrée libre – Salle polyvalente

19 h – auberge espagnole

20 h – projection/débat en présence du collectif « Monnaie 09 »

Ce film a vocation d’éclairer sur la question monétaire afin

de gommer l’ignorance qui nous tient en esclavage.

Sortir de l’ignorance entretenue sur la monnaie :

• c’est comprendre les raisons de l’impasse dans laquelle on s’enfonce,

• c’est réaliser comment la monnaie est devenue l’outil d’un asservissement moderne,

• c’est s’offrir la possibilité de voir comment il est possible de

mettre l’argent au service de l’humain et de la planète.

Tout est là, à portée de main !

Philippe Derudder franchit une étape intéressante en apportant des éléments originaux dans ses explications sur le fonctionnement de la monnaie. Cette monnaie qui a donné naissance à ce que l’on appelle aujourd’hui ‘la finance’ est en train de détruire nos structures sociales, pays après pays.

Quelque chose doit être fait contre ce saccage et cela passe par une bonne compréhension du sujet « monnaie ».

Cette ‘conférence illustrée’ y contribue pleinement.

Tout le monde doit comprendre ce sujet essentiel à notre vie ensemble.

Pour l’instant les politiques n’y comprennent rien, ou ne veulent pas comprendre.

Ce n’est plus supportable.

À voir donc.

Renseignements : monnaie09 [@] gmail.com

Publicités


Pour un journalisme du coin by Patrick Chalmers

reporter-277x300Vendredi 11 janvier 2013

19h00 Auberge espagnole

20h30 Présentations et débat

La salle polyvalente

Montbrun-Bocage 31310

 

  • Pourquoi ne pas devenir nos propres médias, produire nous mêmes nôtre information locale et la diffuser?
  • Par quels moyens apprendre voire enseigner un journalisme de proximité ?
  • Comment soutenir les médias actuels, aider ceux en devenir, en créer de nouveaux ?
  • Tels seront les questions du 2ème vendredi de janvier 2013 à Montbrun.

La soirée débutera par une auberge espagnole suivie de prises de paroles de ceux au celles qui souhaitent partager leurs expériences ou exposer leurs idées sur le sujet des médias de proximité. De courts films et des séquences audio pourront animer ces introductions.

Ensuite, place au débat tous azimuts sur la diversification et le développement d’un « journalisme du coin ».

N’hésitez pas à venir partager vos projets et vos rêves, vendredi 11 janvier à Montbrun Bocage : ça se passe près de chez vous !

Le contexte:

Entre Ariège et Haute-Garonne  existent de nombreuses initiatives et activités engagées.

Parfois on est au courant, parfois on ne l’est pas. Les bruits qui courent aux portes des écoles, les courriels qui circulent et les conversations sur les marchés ne suffisent pas toujours à garantir une bonne circulation de l’info locale.

Ce constat constitue une bonne raison de soutenir et développer les médias alternatifs de proximité, des médias à notre écoute qui parlent du concret de notre quotidien.

Oui, ces médias existent : radios associatives, comme Transparence à Foix ou La Locale de St Girons ; publications bénévoles, tels le mensuel Libre Échange ou les bulletin des associations. Il existe aussi des blogs personnels et d’associations, certains très actifs comme celui de Sainte-Croix Volvestre info ou l’Écho de Saverdun.

A ces médias s’ajoutent les courriels, listes personnelles ou partagées, comme Le Réseau du coin en Volvestre ou Ariège Démosphère, qui publient les rendez-vous alternatifs et participent ainsi à la diffusion de l’information. Sans oublier, depuis le 1er novembre, sur le web, la Télé du Valier, télé locale, associative et participative qui met en ligne dans un magazine des reportages sur la solidarité dans le Couserans.

Des projections de films suivies de débats, ponctuelles ou régulières comme les deuxièmes vendredis du mois de Montbrun-Bocage nous offrent également l’occasion d’apprendre et d’échanger.

Mais, parce qu’il y a toujours un « mais» : ne pourrait-on faire mieux ?